vendredi 17 décembre 2010

pétition pour la création d’une école bilingue nissart/français au Vieux Nice

Une pétition est en cours jusqu’au 15 JanvierPour défendre la création d’une école bilingue nissart/français au Vieux Nice, à l’école du château, tout est prêt, mais l’action bute sur un point…La pétition en fichier joint est à lire, à imprimer et à défendre autour de vous, en famille, dans le quartier, au travail, dans votre association…Veuillez en être le relai pour que l’information diffusePour les internautes, une version numérique est en ligne sur : http://www.petitions24.net/signatures/ecolebilinguefrancaisnissart/

mercredi 1 décembre 2010

Le Patriarche d'Antioche des Syriens au chevet des chrétiens d'Irak

Toujours sous le choc de l'attentat commis dans l'église syriaque-catholique de Bagdad, le 31 octobre 2010, S.B. Ignace Youssef III Younan a rencontré en France les blessés et leurs familles. A la maison de la Conférence des évêques à Paris, le 30 novembre 2010, il a souhaité sensibiliser chacun « à la souffrance des chrétiens persécutés à cause de leur religion ».




S.B. Ignace Youssef III Younan a été élu en 2009 par les évêques syriaques-catholiques réunis en synode à Rome. Il était l'un des deux Présidents Délégués du Synode des évêques pour le Moyen-Orient (Rome, 10-24 octobre 2010). Il fait partie des 11 membres du Conseil spécial pour le Moyen-Orient, créé pour suivre le synode au plan régional.L'Eglise syriaque-catholique, dont le siège est basé à Beyrouth, compte environ 175.000 fidèles dans le monde, principalement en Irak, en Syrie et au Liban. Plus du tiers des fidèles vit en dehors du Moyen-Orient, notamment en Europe Occidentale, les deux Amériques et l'Australie.En 1932, les chrétiens en Irak représentaient 20% de la population. En 2010, ils ne seraient plus que 2% de la population soit environ 450.000. Les deux tiers sont catholiques (chaldéens, syriaques et arméniens). Le dernier tiers est orthodoxe. La Jordanie, la Syrie, la Turquie et le Liban sont les quatre grands pays d'accueil des réfugiés.

« Que faire ? » a répété par deux fois S.B. Ignace Youssef III Younan. « Il n'est pas facile de rencontrer les survivants. Les martyrs sont auprès de Dieu » a témoigné le Patriarche Syro-catholique d'Antioche. S'il se réjouit de l'accueil des blessés par le gouvernement français, de l'action de l'Oeuvre d'Orient et des messages de soutien de l'Eglise catholique, il appelle la France, l'Union Européenne et les Etats membres de l'ONU à venir « au secours des minorités » discriminées pour des raisons religieuses ou raciales. Les ponts jetés entre l'Occident et l'Orient doivent se construire « mais pas au prix de la vie des minorités » a-t-il alerté. Ni pour favoriser le départ définitif des jeunes. Et de plaider pour la liberté de culte et la liberté religieuse en terre d'Islam : « Il est temps de changer et de reconnaître qu'on peut être différents ». Faut-il parler ou se taire pour ne pas mettre en danger ceux restés sur place ? « On ne doit pas avoir peur de dire la vérité » répond le responsable religieux qui revendique le droit « d'être respecté et de vivre dignement » sur sa terre. Il encourage les chrétiens d'Irak à « vivre chez eux » et...à être réalistes. Des milliers d'Irakiens ont déjà quitté leur pays plongé dans le chaos depuis trop longtemps. Parmi eux, des chrétiens, privant ainsi la nation « de citoyens qui ont participé au développement de leur pays ». Personne qui témoigne de sa foi, sans la renier, jusqu'à la mort.
Quels gestes concrets pour les chrétiens d'Irak ?
Qu'est-ce que les associations caritatives peuvent faire de plus ? Rien d'autre que de continuer à « témoigner de la charité chrétienne » assure le Patriarche. Il préconise néanmoins un certain contrôle du discours religieux et la mise en place de « bureaux de défense des droits » de la part de l'Union Européenne. L'avenir des chrétiens d'Irak dépend donc de réponses politiques.


jeudi 11 novembre 2010

photos de la chapelle




Groupe processionnel. Assomption. Bois sculpté. 1850.


Gisant Articulé du XVIII°s


Coupole. L'Exaltation de la Ste Croix d'EMMANUEL COSTA. XIX°s





Statue de St Sébastien. Bois polychrome. Début XVI°s.

Retable du Maître Autel: L'Assomption de L.A. VAN LOO, 1709

lundi 8 novembre 2010

Un appel des évêques d'Irak aux catholiques de France

Notre Calvaire est lourd et il nous paraît long. Le carnage qui a eu lieu à la cathédrale Notre Dame du Perpétuel Secours de Bagdad, avec 58 morts, parmi lesquels deux jeunes prêtres et 67 blessés dont un prêtre, nous a profondément secoués. Nous perdons la patience, mais nous ne perdons pas la foi et l'espérance. Cet événement d'une telle ampleur qui se produit juste après la tenue du Synode nous choque encore plus. Ce dont nous avons besoin c'est de votre prière et de votre soutien fraternel et moral. Votre amitié nous encourage à rester sur notre terre, à persévérer et à espérer.

Sans cela nous nous sentons seuls et isolés.

Nous avons besoin de votre compassion face à tout ce qui vient toucher la vie des innocents, chrétiens et musulmans. Restez avec nous, restez avec nous jusqu'à ce que soit passé le fléau.

Que le Seigneur nous protège tous.

Le 2 novembre 2010

Mgr Athanase Matti MATOKA, archevêque de Bagdad des Syriens
Mgr Louis SAKO, archevêque de Kirkouk des Chaldéens
Mgr Emil NONA, archevêque de Mossoul des Chaldéens
Mgr Basile Geoges CASMOUSSA, arxchevêque de Mossoul des Syriens
Mgr Bashar WARDA, archevêque d'Erbil des Chaldéens

vendredi 22 octobre 2010

Christian ESTROSI
Ministre chargé de l'Industrie
Maire de Nice
Président de Nice Côte d'Azur
vous prie de bien vouloir assister à l'inauguration de la
Place Jean-Paul II
Pape du 16 octobre 1978 au 2 avril 2005
suivie du dévoilement du buste de Sa Sainteté
Samedi 23 octobre à 10 h
Ex Place du Monastère de Cimiez
Nice

mercredi 20 octobre 2010

Terra Santa News (it) 15/10/10

L’intervention du Custode de Terre Sainte au Synode pour le Moyen-Orient

discours de Frère Pierbattista Pizzaballa, Custode de Terre Sainte

« Eminences et Excellences,Autorités et membres de ce Synode. En Terre Sainte, nous ressentons avec force la limite d’une perspective et d’une pastorale qui, trop souvent, partent des problèmes et de la situation plutôt que de la vocation des chrétiens et des Eglises de ces terres particulières et bénies (cf. Instrumentum laboris n° 6). Je crois en revanche que nous nous trouvons à une époque et en un lieu où il est nécessaire de repartir de la vocation propre des Eglises de Terre Sainte. Il me semble, du reste, que tel est le sens de l’invitation que le Saint-Père nous a adressée dans l’homélie inaugurale, lorsqu’il nous a demandé de faire nôtre le regard de Dieu qui voit cette terre d’en haut. Je voudrais dès lors, moi aussi, commencer mon intervention en faisant mémoire de la première manifestation de l’Eglise à Jérusalem le jour de la Pentecôte : « Parthes, Mèdes et Élamites, habitants de Mésopotamie, de Judée et de Cappadoce, du Pont et d’Asie, de Phrygie et de Pamphylie, d’Égypte et de cette partie de la Libye qui est proche de Cyrène, Romains en résidence, tant Juifs que prosélytes, Crétois et Arabes, nous les entendons publier dans notre langue les merveilles de Dieu ! " Tous étaient stupéfaits et se disaient, perplexes, l’un à l’autre : " Que peut bien être cela ?» (Ac 2, 9-12).
Ce rassemblement universel de toutes les langues à Jérusalem et leur rencontre en Dieu n’est pas seulement mémoire mais elle est aussi présent et avenir. Aujourd’hui comme alors, l’Eglise de Jérusalem naît et se développe avec une vocation et une ouverture universelle. Les Frères mineurs de la Custodie de Terre Sainte sont chaque jour les témoins émerveillés et –souvent – généreux ainsi que les promoteurs diligents du mouvement physique et spirituel qui porte des millions de personnes à revenir et à se retrouver à Jérusalem à la recherche du centre, du cœur, de la première source de la foi et de la vie chrétienne.Ad Intra : En tant que Communauté chrétienne qui vit en Terre Sainte, nous devons redécouvrir le fait d’être et de vivre sur les lieux des origines. Il ne s’agit cependant pas simplement et seulement de lieux. Nous sommes et nous vivons la mémoire vivante de l’Incarnation. Celle-ci n’est pas seulement intervenue dans le temps mais également dans un espace. Habiter avec vitalité cet espace est une vocation et un service rendu à l’Eglise tout entière. Il nous est alors demandé de récupérer et de développer cette conscience. Il faut que les pasteurs et les fidèles des Eglises de Terre Sainte développent une plus forte conscience de ces lieux que quelqu’un a qualifié de « cinquième Evangile ». Les Lieux Saints représentent une occasion importante d’évangélisation et de prière outre à représenter un point d’ancrage de l’identité chrétienne de la Terre Sainte. Jérusalem en particulier ne peut pas seulement être vue comme le résultat d’une lutte entre factions opposées. Elle est le point de départ et d’arrivée de la pérégrination de la foi de tout croyant au Christ et même de quiconque partage la foi d’Abraham. Les pèlerinages qui arrivent en Terre Sainte du monde entier, ainsi que la présence de fidèles juifs et musulmans autour de la même zone sacrée de la Cité Sainte apparaissent aux yeux de la foi comme une réalisation, même si elle est partielle, de la prophétie du rassemblement de tous les peuples sur le Mont Sion afin d’apprendre les voies du Seigneur et de marcher dans ses sentiers (cf. Is 2, 2-4, Mi 4, 2-4).Il est donc nécessaire d’accorder un soin renouvelé à la formation et à la catéchèse de ceux qui se préparent à devenir pasteurs et des fidèles afin que tous soient à la hauteur des défis que l’évangélisation et la mission présentent à notre époque et sur notre Terre. Une pastorale qui se concentre plus fortement sur la Parole de Dieu, étudiée, méditée et annoncée semble irremplaçable (cf. Instrumentum laboris, n° 8, 62-69). Les difficultés et même les interdictions que l’annonce explicite de l’Evangile rencontre dans nos terres ne doivent pas nous pousser seulement à conserver ce qui existe mais nous appellent comme personnes et comme communautés à être créatifs, capable d’un témoignage éloquent et incisif. Ad Extra : Les pèlerinages d’un côté, le caractère multiple – multilingue, multiracial et multi rituel – de l’Eglise de Terre Sainte de l’autre, nous demandent d’être une Eglise toujours plus communicative, hospitalière, ouverte aux autres et à l’autre. L’Eglise de Terre Sainte a toujours été minoritaire. Etre une minorité fait partie de notre identité et nous ne devons pas en faire un drame. Cette condition nous rappelle que nous ne sommes ni n’existons pour nous-mêmes mais pour entrer en relation avec ceux qui nous rencontrent et nous pousse à faire des propositions. A dire vrai, ceci se réalise. En effet, même si elle représente 1% de la population, l’Eglise, par ses œuvres, arrive à atteindre 5% des habitants.Permettez-moi ici de rappeler le service de la Custodie de Terre Sainte en matière d’éducation, d’assistance et de formation universitaire, offert non seulement aux chrétiens latins mais également aux fidèles des autres confessions et religions. Au cours de ces dernières années, la Custodie de Terre sainte s’est ouverte à la collaboration en vue de la pastorale de groupes de fidèles catholiques de langue hébraïque et d’immigrés (cf. Instrumentum laboris, n° 49-53). Les centres d’étude, de recherche et d’accueil et de communication sociale, fondés et soutenus par la Custodie, comme le Centre franciscain d’Etudes orientales du Caire, le Mémorial de Saint Paul à Damas, l’Institut Musical Magnificat, le Centre multimédia franciscain et la Faculté de Sciences bibliques et d’Archéologie de Jérusalem sont ouverts aux chrétiens de toute dénomination.Etre une minorité ne doit pas nous empêcher d’offrir un témoignage vibrant de foi et d’appartenance, de faire des propositions culturelles ouvertes et fortes, unique espace de confrontation possible sur notre Terre. Etre une minorité ne doit pas nous faire nous refermer mais nous pousser à l’ouverture sous de nouvelles formes créatives qui non seulement sont permises mais sont parfois même attendues par nos frères d’autres religions.L’engagement œcuménique est pour nous qui vivons en Terre Sainte d’abord et avant tout rencontre quotidienne de peuple, de frères et sœurs qui, par-delà les diversités, partagent le commun chemin chrétien et l’engagement partagé pour la paix (Instrumentum laboris, n° 82). Mais il est aussi l’expression quotidienne de la difficulté que les préjudices et l’histoire nous ont légué et qu’y, en Terre Sainte deviennent tangibles et concrets. En ce qui concerne le délicat et douloureux scénario politique, sans rentrer dans des questions délicates et jusqu’ici trop discutées y compris entre nous, je désire insister ici sur ce qui, même à nous-mêmes, n’est souvent pas clair, à savoir qu’il nous appartient à nous, chrétiens de Terre Sainte, qui ne revendiquons ni territoires ni positions de privilège à occuper, de conserver, maintenir visible et défendre jalousement sous toutes les formes possibles et dans tous les forums publics le caractère également chrétien de la Terre Sainte et de Jérusalem qui n’est pas toujours escompté et qui, peut-être, n’est pas toujours accepté ».

mercredi 13 octobre 2010

Synode des évêques pour le Moyen-Orient (10-24 octobre 2010)

Annoncée par Benoît XVI en septembre 2009, l'assemblée spéciale pour le Moyen-Orient du synode des évêques aura lieu du 10 au 24 octobre 2010, à Rome autour du thème "communion et témoignage".

L'Eglise catholique du Proche et du Moyen Orient

Les chrétiens rattachés à l'Eglise romaine et au Pape sont minoritaires en Orient par rapport aux Eglises orthodoxes, sauf au Liban (les maronites représentent 70 % des chrétiens) et en Irak (80 % des chrétiens).

1. L'Eglise Maronite
Les maronites sont répartis essentiellement au Liban avec une diaspora très importante de près de la moitié des fidèles. Créée à partir du couvent de Saint Maron (Apamée, Syrie), une petite communauté monastique syrienne s'installe au Ve siècle dans la montagne libanaise pour fuir l'hostilité des monophysites. Les croisades permettent aux maronites de sceller leur union avec Rome (1182). L'Eglise maronite est la seule Eglise orientale catholique qui n'est pas issue d'une dissidence d'une Eglise orthodoxe. En 1860, lors de massacres de maronites, ceux-ci ont fait appel au Pape pour qu'il intervienne, mais c'est la France qui a répondu et conduit l'Empire ottoman à reconnaître l'autonomie du pays. Le système politique confessionnel libanais débouchera sur deux guerres civiles sanglantes (1958 et 1975-1989) qui aboutiront aux accords de Taëf (1989). Ces accords, ont réduit les pouvoirs du Président (chrétien maronite) au profit de ceux du Premier ministre (musulman sunnite) et du Président de l'assemblée parlementaire (musulman chiite). L'Eglise, la hiérarchie religieuse et les ordres monastiques jouent un grand rôle économique et politique.
Effectif (en 2006) : 3.112.000 (dont deux tiers en diaspora)
Patriarche d'Antioche et de tout l'Orient des Maronites (résidence : Bkerké, siège : Dimane, Liban): Nasrallah Cardinal Sfeir (1920, élu en 1986)

2. L'Eglise grecque-catholique ou melkite
Cette Eglise naît en 1724 de la scission de l'Eglise melkite qui regroupait les chrétiens de rite byzantin des patriarcats d'Antioche, d'Alexandrie et de Jérusalem fidèles au concile de Chalcédoine, lorsqu'un catholique fut élu patriarche d'Antioche par les chrétiens de Damas. On trouve des melkites dans tous les pays du Proche et Moyen-Orient, ils sont majoritaires parmi les catholiques en Syrie et en Israël.
Effectif (en 2006) : 1.350.200 (dont deux tiers en diaspora, 420.000 au Brésil)
Patriarche grec-melkite catholique d'Antioche et de tout l'Orient, d'Alexandrie et de Jérusalem (siège: Damas, Syrie, depuis la cession d'Antioche par la France à la Turquie): Grégoire III Lahham (1933, élu en 2000)

3. L'Eglise chaldéenne catholique
L'Eglise chaldéenne est répartie surtout en Irak où elle majoritaire parmi les chrétiens (87% des 80% de catholiques). Dès le XIIIe siècle, sous l'impulsion de missionnaires dominicains et franciscains, de nombreux évêques assyriens se convertissent au catholicisme. Au fil du temps, l'Eglise chaldéenne (ainsi nommée depuis 1830) attire une majorité d'Assyriens. Les Chaldéens ont eu à souffrir de nombreuses persécutions qui firent des dizaines de milliers de victimes à la fin de la Première Guerre mondiale en Turquie.
Effectif (en 2006) : 351.000 (dont 190.000 en Irak, la diaspora est principalement répartie en France, Suède, Etats-Unis et Australie)
Patriarche chaldéen de Babylone (siège: Bagdad, Irak): Emmanuel III (Emmanuel-Karim Delly) (1927, élu le 3 décembre 2003).

4. L'Eglise copte catholique
Elle regroupe la grande majorité des catholiques d'Egypte (77% des 2,5% de catholiques du pays). La naissance d'une Eglise copte catholique ne s'est concrétisée qu'après les missions de capucins et franciscains en Egypte au XVIIe siècle. En 1895, le vicariat apostolique devient patriarcat.
Effectif (en 2006) : 265.500
Patriarche copte d'Alexandrie (siège: Le Caire, Egypte) : Antonios Naguib (1935, élu en 2006)

5. L'Eglise arménienne catholique
Cette Eglise, devenue catholique pendant les croisades, est ralliée à Rome depuis 1635 quand elle est constituée en patriarcat. Le génocide arménien de 1915 perpétré par les Turcs a également concerné les catholiques arméniens.
Effectif (en 2006) : 375 000 dont une très large majorité en diaspora (Etats-Unis, Canada, Europe dont 30 000 en France, Australie, Argentine, etc)
Patriarche arménien de Cilicie (siège: Beyrouth, Liban): Nersès Pierre XIX (1940, élu en 1999)

6. L'Eglise syrienne catholique
Cette Eglise, établie en patriarcat depuis 1783 et reconnue par le pape Pie VI (des tentatives antérieures eurent lieu dès 1656), ne représente que 12 % des catholiques de Syrie. Elle a aussi souffert des massacres perpétrés en Turquie contre les chrétiens à la fin de la Première Guerre mondiale.
Effectif (en 2006) : 132.000
Patriarche d'Antioche des Syriens (siège: Beyrouth, Liban): Mar Ignazio Youssef III Younan (1944, élu en 2009)

7. L'Eglise catholique de rite latin
Fondé en 1099, dans le contexte des Croisades, le Patriarcat latin a été restauré en 1847. Il englobe sous sa juridiction la Terre Sainte, le Liban, Chypre et la Jordanie (où ils constituent la majorité des catholiques). Le processus d'arabisation du patriarcat a été couronné en 1987 par l'élection d'un patriarche palestinien.
Effectif (en 2003) : 85.000
Patriarche latin de Jérusalem (siège : Jérusalem) : SB Mgr Mgr Fouad Twal (1940, a succédé à Mgr Michel Sabbah en 2008, dont il était le coadjuteur depuis deux ans).

vendredi 8 octobre 2010

AGENDA DE LA SOCIETE DU SAINT SEPULCRE




Dimanche 5 Novembre 2017
18h messe mensuelle
(pour les défunts de la SSS)
Chapelle St Sépulcre

Dimanche 3 décembre 2017
18h Office du temps de l’Avent
Chapelle St Sépulcre

Dimanche 7 janvier 2018
18h messe du temps de Noël
Chapelle St Sépulcre
Suivie du partage de la galette

Samedi 3 février 2018
Fête patronaleMesse à 10h30 (avec prise d'habit)

Dimanche 4 février 2018
Pas de messe mensuelle

Dimanche 4 mars 2018
18h Office du temps du Carême
Chapelle du St Sépulcre

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
SEMAINE SAINTE 2018
Samedi 24 et
dimanche 25 mars 2018
Vente des rameaux à la chapelle avec les scouts de France
Les pénitents bleus doivent assurer une présence sur les stands 
le Samedi et le Dimanche de 10h à 18h : donnez vos disponibilités au prieur.

Dimanche 25 mars 2018
10h30 messe des Rameaux
Chapelle St Sépulcre

Jeudi 29 mars 2018
17h Office du Jeudi Saint
Avec les pénitents Blancs
Chapelle St Sépulcre

Vendredi 30 mars 2018
15h Chemin de Croix
Avec les pénitents Blancs
17h Office de la Mise au tombeau
Chapelle St Sépulcre
20h30 chemin de croix
avec Mgr l’évêque de Nice
Cathédrale

Dimanche 1er avril 2018
10h 30 Messe de Pâques
Avec les pénitents Blancs
Chapelle St Sépulcre
  ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
 
Lundi 9 avril 2018
Pèlerinage de l'Annonciation à Cimiez


Dimanche 6 mai 2018
Pas de messe mensuelle
 
Samedi 5 et
dimanche 6 mai 2018
CONGRES de la MAINTENANCE
A Toulon
 
Mardi 8 mai 2018
Messe et procession de St Michel
10h église St Augustin
Avec la communauté italienne


Jeudi 31 mai 2018
20h45 à Gorbio
Procession du St Sacrement
 
Dimanche 3 juin 2018
Pas de messe mensuelle
 
Dimanche 1er juillet 2018
18h Messe mensuelle
Verre de l’amitié sur le balcon
à l’issue de la célébration
 
Dimanche 15 juillet 2018
(date à confirmer)
20h30 Fête ND du Mont Carmel
Rassemblement des confréries piémontaises et niçoises
A Cuneo
Nuit sur place et sortie culturelle le lendemain (programme à venir)
 
Samedi 28 juillet 2018
Notre-Dame du Très Haut
9h30 Col de la Bonette
Messe et procession
 
Dimanche 29 juillet 2018
Notre-Dame du Malonat
10h église du Gesù
Messe et procession
 
 Mardi 14 août 2018
20h30 office de l’Assomption
et procession nocturne
Avec les pénitents Blancs
A La Brigue
 
Mercredi 15 août 2018
Assistance statutaire de chaque pénitent bleu à la messe de l’Assomption

dimanche 5 septembre 2010

Journées du Patrimoine 18 et 19 septembre 2010

A l'occasion des journées du patrimoine,
la chapelle du St Sépulcre de Nice sera ouverte aux visiteurs le
Samedi 18 septembre de 13h à 18h

et le

Dimanche 19 septembre de 9h à 18h


les pénitents bleus vous convient aussi à assister à la conférence sur le thème:

"la chapelle du Saint Sépulcre, un lieu de mémoire pour la cité de Nice"

par S. RICHARD, docteur en histoire du Moyen Age

donnée le dimanche 19 septembre à 14h30 et à 16h30 dans la chapelle du St Sépulcre

Résumé de la conférence

La chapelle du Saint Sépulcre Un lieu de mémoire de la cité de Nice


La première chapelle des pénitents bleus était située dans le couvent Ste Croix des Franciscains de l’Observance, elle avait été aménagée par les Grimaldi de Beuil, membres éminents de la Société du St Sépulcre.


A la fin du XVIII° s. la chapelle des pénitents bleus est transférée sur la toute nouvelle place Pairolière (auj. place Garibaldi). Dès l’origine cette nouvelle chapelle n’est pas seulement pensée comme le lieu de culte d’une confrérie, mais comme un édifice dans lequel l’histoire de la cité de Nice est constamment rappelée aux fidèles, et un espace d’expression du pouvoir politique municipal et royal.


Les Pénitents Bleus sont les gardiens de précieuses reliques qui appartiennent à l’histoire et au patrimoine spirituel de Nice.
Au premier rang de ces trésors se trouve l’antique statue de Notre Dame du Sincaïre, sculptée au lendemain du siège de 1543 lorsque les Niçois, assiégés par les Turcs alliés aux Français, se placèrent sous la protection de la Mère de Dieu et obtinrent la victoire. Les pierres qui servirent à édifier la chapelle sont précisément celles qui constituaient l’ancien sanctuaire de ND du Sincaïre « déplacé » en ce lieu pour pouvoir aménager l’Est de la cité au XVIII°s. La façade de la chapelle enchâsse même des boulets de canons turcs qui la relient encore à la mémoire du Siège de 1543, évènement clé de l’histoire de Nice.
Les pénitents bleus sont aussi chargés de conserver la statue et la relique de St Sébastien, patron et protecteur de Nice. La chapelle St Sébastien n’existe plus en tant qu’édifice mais un des autels latéraux de la chapelle du St Sépulcre en est le prolongement. La confrérie St Sébastien a été elle-même fondue dans la Société du St Sépulcre au XVIII°s, charge à cette dernière de perpétuer le culte du saint Martyr à Nice.
La confrérie conserve aussi la relique de St Lambert qui se trouvait dans la chapelle du château de Nice au Moyen Age.

Sous l’ancien régime la chapelle était un lieu de représentation du pouvoir municipal, c’est pourquoi on peut y voir le banc des consuls de Nice qui n’a plus réintégré le palais communal après 1860, le changement de souveraineté impliquait l’abandon des symboles du passé. C’est aussi à cette date là que les édiles municipales ont cessé de rémunérer le chapelain du saint Sépulcre qui, chaque matin, célébrait une messe au bénéfice de la cité sur l’autel des pénitents bleus.


Ajoutons que le balcon de la chapelle était le lieu où le roi se mettait en scène, l’espace à partir duquel il se donnait à voir aux Niçois. On ne compte plus les objets où figurent les armoiries de Nice ou des Savoie dans cette chapelle, véritable lieu de manifestation du pouvoir politique sous l’Ancien Régime.

dimanche 20 juin 2010

25 juin: Nuit d'adoration du St Sacrement

Vénérable Archiconfrérie des Pénitents Bleus de Nice
Chapelle du St Sépulcre
Place Garibaldi NICE

Vendredi 25 juin 2010
NUIT D’ADORATION DU ST SACREMENT

"seigneur donnez-nous des prêtres"




Vendredi 25 juin à partir de 22h
Salut du St Sacrement
Veillée animée par les jeunes adorateurs du diocèse
2h office des lectures par la confrérie
Prière silencieuse jusqu’à 7h le samedi matin

La chapelle du St Sépulcre restera ouverte toute la nuit


Venez vous mettre en présence du Seigneur pour lui confier vos peines et vos joies, vos douleurs et vos espoirs. Venez l’écouter parler à votre cœur.

Toute la nuit le Seigneur vous attend, présent dans le St Sacrement de l’autel.
Venez à sa rencontre, venez lui parler dans le silence

lundi 14 juin 2010

Anniversaire du changement de souveraineté


Il y a 150 ans aujourd'hui que les armoiries des Ducs de Savoie qui ornaient Nice depuis 1388 ont été remplacées par la pavillon français.

La Société du St Sépulcre se souvient de la fidèlité qui était celle de ses membres en 1860 et qui avait su s'exprimer avec honneur et courage malgré l'air du temps qui souflait vers la France.


Ils ont défendu leur fidèlité avec honneur,
ils forcent l'admiration de leurs héritiers

mercredi 19 mai 2010

office pour le 20 mai : St Bernardin de Sienne


20 mai

Saint Bernardin de Sienne

Bernardin Albizesca, de la noble famille des Albizeschi de Sienne est né le 8 septembre 1380, en Toscane, à Massa Maritima, près de Sienne dont son Père était le podestat. À peine âgé de 6 ans, il devint orphelin et fut élevé par son oncle.

Il étudia le Droit, et s’enrôla dans une confrérie de pénitents pour aider les malades près du grand hôpital « Santa Maria della Scala » de Sienne. Il montra un dévouement admirable pendant la peste qui désola Sienne en 1400, si bien qu’on lui confia la direction de cet établissement.

En 1402, il entra chez les Franciscains de la stricte Observance ; y fit profession le 8 septembre 1403 et fut ordonné prêtre le 8 septembre 1404. Il se consacra alors à la prédication, surtout dans l’Italie du Nord, tandis qu’il résidait, de préférence, dans les ermitages. À partir de 1417, ayant prêché à Milan, sa renommée de prédicateur devint manifeste et on l’appelait de toutes les villes de l’Italie, pour des auditoires de plusieurs milliers de personnes. Il était contraint de prêcher sur les places publiques, car aucune église ne pouvait contenir ces foules.

Il prêchait essentiellement la pénitence, l’invitation à la conversion des mœurs et s’adressait aussi bien au peuple qu’aux responsables des cités, provoquant parfois des réformes des législations locales, notamment en ce qui concerne les pratiques usuraires qui pesaient lourdement sur le pauvre peuple.

Il invitait les édiles à inscrire le nom de Jésus sur les murs des édifices, au moins les 3 lettres IHS (Iesus humani salvator, Jésus sauveur des hommes). Il prêchait en montrant aux foules un panneau portant le monogramme du Christ "IHS" peint en lettres (gothiques) d'or dans un soleil symbolique. En effet sa prédication était centrée sur le nom de Jésus dont il recommandait la dévotion. Quelques religieux, jaloux de ses succès, le dénoncèrent à Rome, l’accusant de déviation doctrinale. Saint Jean de Capistran prit sa défense auprès du pape Martin V. Celui-ci approuva la dévotion au Nom de Jésus et voulut faire de Bernardin l’évêque de Sienne. Mais Bernardin refusa, préférant continuer ses prédications en Italie. Le 7 janvier 1432, malgré de nouvelles attaques contre Bernardin, le pape Eugène IV imposa le silence à ses détracteurs.

En 1438, Bernardin devint vicaire général de l’Ordre franciscain, et y développa la réforme dont il devint l’ardent promoteur, y gagnant de nombreux couvents et ermitages d’Italie. Il envoya des missionnaires en Orient, dans l’espoir de permettre un rapprochement avec les chrétiens séparés, ce qui devint la visée du Concile de Florence où il eut l’occasion de s’adresser lui-même aux pères Grecs (1439). Le pape Eugène IV, en 1443, le désigna comme prédicateur d’une croisade contre les Turcs, mais il ne semble pas avoir eu l’occasion de s’acquitter de cette charge.

Ayant résigné sa charge de Vicaire de l’Ordre, il reprit ses tournées de prédication vers le Royaume de Naples, mais il était très fatigué et usé. Il attrapa une fièvre maligne, à Aquila où il mourut, le 20 mai 1444, dans le couvent de cette ville, tandis que les frères chantaient l’antienne : « Père, j’ai manifesté ton nom aux hommes… Je viens vers Toi. ». Il fut inhumé dans l’église du couvent. De nombreux miracles lui furent attribués, si bien que le pape Nicolas V le canonisa le 24 mai 1450.

Office du Soir du 20 mai 2010
Saint Bernardin de Sienne

V/ Dieu, viens à mon aide,
R/ Seigneur, à notre secours.

Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit,
au Dieu qui est, qui était et qui vient,
pour les siècles des siècles.
AMEN ALLELUIA

Hymne

Il a, Seigneur, cherché ton nom

Quand le désert brûlait de toi.

Seigneur, quel est ce nom ?

Celui qui est ce qu’Il sera,

Dans le temps et l’éternité.

Il a, Seigneur, trouvé ton nom

En accueillant le Premier-Né

Seigneur, quel est ce nom ?

Emmanuel, le Bien-Aimé,

Dans le temps et l’éternité.

Il a, Seigneur, pleuré ton nom

En regardant le Crucifié.

Seigneur, quel est ce nom ?

Jésus qui a livré l’esprit,

Pour le temps et l’éternité.

Il a, Seigneur, crié ton nom

La terre en est transfigurée

Seigneur, quel est ce nom ?

Celui du Fils ressuscité,

Pour le temps et l’éternité.

Tu lui dévoiles enfin ce Nom,

Lorsque son heure est arrivée.

Seigneur, il sait ton nom :

Dieu de tendresse et de beauté,

Pour les siècles d’éternité.

Antienne

Le Seigneur lui donne le trône de David, alléluia.

Psaume 131

Souviens-toi, Seigneur, de David
et de sa grande soumission
quand il fit au Seigneur un serment,
une promesse au Puissant de Jacob :

« Jamais je n’entrerai sous ma tente,
et jamais ne m’étendrai sur mon lit,
j’interdirai tout sommeil à mes yeux
et tout répit à mes paupières,
avant d’avoir trouvé un lieu pour le Seigneur,
une demeure pour le Puissant de Jacob. »

Voici qu’on nous l’annonce à Éphrata,
nous l’avons trouvée près de Yagar.
Entrons dans la demeure de Dieu,
prosternons-nous aux pieds de son trône.

Monte, Seigneur, vers le lieu de ton repos,
toi, et l’arche de ta force !
Que tes prêtres soient vêtus de justice,
que tes fidèles crient de joie !

Pour l’amour de David, ton serviteur,
ne repousse pas la face de ton messie.

Le Seigneur l’a juré à David,
et jamais il ne reprendra sa parole :
« C’est un homme issu de toi
que je placerai sur ton trône.

« Si tes fils gardent mon alliance,
les volontés que je leur fais connaître,
leurs fils, eux aussi, à tout jamais,
siègeront sur le trône dressé pour toi. »

Car le Seigneur a fait choix de Sion ;
elle est le séjour qu’il désire :
« Voilà mon repos à tout jamais,
c’est le séjour que j’avais désiré.

« Je bénirai, je bénirai ses récoltes
pour rassasier de pain ses pauvres.
Je vêtirai de gloire ses prêtres,
et ses fidèles crieront, crieront de joie.

« Là, je ferai germer la force de David ;
pour mon messie, j’ai allumé une lampe.
Je vêtirai ses ennemis de honte,
mais, sur lui, la couronne fleurira. »

Antienne

Le Royaume de David est accompli : béni soit Dieu, alléluia.

Psaume 131

Souviens-toi, Seigneur, de David
et de sa grande soumission
quand il fit au Seigneur un serment,
une promesse au Puissant de Jacob :

« Jamais je n’entrerai sous ma tente,
et jamais ne m’étendrai sur mon lit,
j’interdirai tout sommeil à mes yeux
et tout répit à mes paupières,
avant d’avoir trouvé un lieu pour le Seigneur,
une demeure pour le Puissant de Jacob. »

Voici qu’on nous l’annonce à Éphrata,
nous l’avons trouvée près de Yagar.
Entrons dans la demeure de Dieu,
prosternons-nous aux pieds de son trône.

Monte, Seigneur, vers le lieu de ton repos,
toi, et l’arche de ta force !
Que tes prêtres soient vêtus de justice,
que tes fidèles crient de joie !

Pour l’amour de David, ton serviteur,
ne repousse pas la face de ton messie.

Antienne

R/ Nous te rendons grâce, ô notre Dieu !

Psaume CANTIQUE (Ap 11-12)

R/Nous te rendons grâce, ô notre Dieu !

A toi, nous rendons grâce, +
Seigneur, Dieu de l'univers, *
toi qui es, toi qui étais !

Tu as saisi ta grande puissance
et pris possession de ton règne.R/

Les peuples s'étaient mis en colère, +
alors, ta colère est venue *
et le temps du jugement pour les morts,

le temps de récompenser tes serviteurs,
les saints, les prophètes, *
ceux qui craignent ton nom,
les petits et les grands.R/

Maintenant voici le salut +
et le règne et la puissance de notre Dieu, *
voici le pouvoir de son Christ !

L'accusateur de nos frères est rejeté, *
lui qui les accusait, jour et nuit,
devant notre Dieu.R/

Ils l'ont vaincu par le sang de l'Agneau, +
par la parole dont ils furent les témoins : *
renonçant à l'amour d'eux-mêmes,
jusqu'à mourir.

Soyez donc dans la joie, *
cieux,
et vous, habitants des cieux !R/

Parole de Dieu Col 2, 6-10.12

Continuez donc à vivre dans le Christ Jésus, le Seigneur, tel que nous vous l'avons transmis.

Soyez enracinés en lui, construisez votre vie sur lui ; restez fermes dans la foi telle qu'on vous l'a enseignée, soyez débordants d'action de grâce.

Prenez garde à ceux qui veulent faire de vous leur proie par leur philosophie trompeuse et vide fondée sur la tradition des hommes, sur les forces qui régissent le monde, et non pas sur le Christ.

Car en lui, dans son propre corps, habite la plénitude de la divinité.

En lui vous avez tout reçu en plénitude, car il domine toutes les puissances de l'univers.

Par le baptême, vous avez été mis au tombeau avec lui, avec lui vous avez été ressuscités, parce que vous avez cru en la force de Dieu qui a ressuscité le Christ d'entre les morts.

Antienne

R/ il louait le nom de Jésus et le chantait dans son action de grâce, alléluia !

Magnificat

Mon âme exalte le Seigneur,
exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !


Il s'est penché sur son humble servante ;
désormais, tous les âges me diront bienheureuse.

Le Puissant fit pour moi des merveilles ;
Saint est son nom !

Son amour s'étend d'âge en âge
sur ceux qui le craignent;

Déployant la force de son bras,
il disperse les superbes.

Il renverse les puissants de leurs trônes,
il élève les humbles.

Il comble de biens les affamés,
renvoie les riches les mains vides.

Il relève Israël, son serviteur,
il se souvient de son amour,

de la promesse faite à nos pères,
en faveur d'Abraham et de sa race, à jamais.

L'intercession

Seigneur nous te prions pour toutes les confréries qui invoquent saint Bernardin de Sienne comme leur saint patron, qu’elles soient pleines de charité et d’amour pour ton nom.

Seigneur, nous te prions pour la confrérie des pénitents de Vence, donne-lui de se relever et de reprendre en main l’œuvre de charité en ton nom.

Seigneur nous te prions pour tous les défunts de nos confréries et de nos familles, que par l’intercession de saint Bernardin de Sienne ils jouissent du repos éternel.

Notre Père

Oraison

Dieu qui as mis au cœur de saint Bernardin de Sienne un amour admirable pour le nom de Jésus, permets qu’à sa prière et par ses mérites le feu de ta charité nous envahisse. Par Jésus Christ…

jeudi 22 avril 2010

Message de Pâques du prieur des pénitents bleus



Chers frères et sœurs, chers amis,

« le Seigneur est ressuscité ! », depuis presque 2000 ans cette annonce résonne dans la nuit de Pâques comme un cri d’espérance relayé par des générations d’hommes et de femmes. Les pénitents appartiennent à cette foule de chrétiens pour qui la résurrection du Seigneur est à la fois un évènement fondateur, un mystère de joie et une raison d’espérer. Le Christ est ressuscité, la mort est morte, pour l’humanité libérée du péché s’ouvrent les chemins du Royaume de Dieu. Le cœur de notre foi est ici, dans ce sépulcre vide qui proclame que l’enseignement de Jésus est vérité et que cette vérité nous libère.

La vie triomphe de la mort, la lumière chasse les ténèbres, le bien l’emporte sur le mal, la résurrection du Seigneur tonne à nos oreilles comme un programme, elle est une invitation à œuvrer pour que la vie, la lumière et le bien aient toujours le dessus.

La foi est notre destrier, l’espérance notre bouclier, la charité notre épée. A l’image de notre père St François qui fut un vrai chevalier de Dieu, menons notre combat dans ce monde pour que le mal soit détruit, pour que la lumière illumine chaque homme, pour que la vie triomphe toujours. Le Seigneur est ressuscité, vivons en vivants !

Frère Sébastien RICHARD
Prieur de la Société du St Sépulcre

samedi 20 mars 2010

Semaine Sainte 2012

Vente de palmes tressées

au profit des œuvres sociales de la confrérie
Samedi 31 mars et dimanche 1er avril
Devant la chapelle

RAMEAUX
Dimanche 1er avril
18h Messe
Avec bénédiction des rameaux sur la place Garibaldi


VENDREDI SAINT
Vendredi 6 avril
9h – 19h visites au reposoir
Reposoir traditionnel composé autour
de cartelami du XVIII°s

17h30 office de la mise au tombeau
(office religieux ancestral
des pénitents bleus en Niçois/Français
avec musique traditionnelle)

jeudi 18 février 2010

SOCIETE DU SAINT SEPULCRE : AGENDA mars-septembre 2010


MARS
Dimanche 7 mars 2010
Chapelle du St Sépulcre
18h Messe mensuelle de la confrérie pour le temps du carême


Samedi 27 et dimanche 28 mars
Chapelle du St Sépulcre
Tressage et vente des rameaux

Dimanche 28 mars 2010
Chapelle du St sépulcre
18h Messe de la Passion avec bénédiction des rameaux

AVRIL
Vendredi 2 avril 2010
Chapelle du St sépulcre
9h – 17h visites au reposoir
17h30 office de la Mise au Tombeau et Vénération du St Sépulcre
Suivi du chemin de croix des confréries dans le Vieux Nice

Dimanche 4 avril 2010
Chapelle du St Sépulcre
PAS DE MESSE

Samedi 17 avril 2010
TURIN
Pèlerinage des confréries de pénitents au St Suaire

Samedi 24 et dimanche 25 avril
AIGUES MORTES
Maintenance des confréries de pénitents
(inscription avant le 15 mars)


MAI
Dimanche 2 mai 2010
Chapelle du St Sépulcre
18h Messe mensuelle de la confrérie

Dimanche 30 mai 2010
Eglise St Jean-Baptiste à Nice
10h Messe et procession du Vœu en présence des autres confréries et des autorités

JUIN
Dimanche 6 juin 2010
Chapelle du St Sépulcre
PAS DE MESSE

Jeudi 10 juin 2010
Gorbio
21h15 messe et procession « des limaces »

Dimanche 13 juin 2010
Eglise St Martin/St Augustin
16h Messe et procession pour la fête de St Antoine de Padoue


JUILLET
Dimanche 4 juillet 2010
Chapelle du St Sépulcre
15h Assemblée générale (à confirmer)
18h Messe mensuelle de la confrérie

Samedi 24 juillet 2010
Col de la Bonette (St Dalmas le Selvage)
9h30 Messe et procession de ND du Très Haut

Dimanche 25 juillet 2010
Eglise du Gésu à Nice
10h Messe à Notre Dame du Malonat


AOÛT
Dimanche 15 août 2010
Les pénitents bleus sont tenus d’assister à la messe de l’Assomption (là où ils se trouveront)

SEPTEMBRE
Dimanche 5 septembre 2010
Chapelle du St Sépulcre
18h Messe mensuelle de la confrérie

Mercredi 8 septembre 2010
Sanctuaire ND des Miracles à Utelle
10h15 Messe à la Madone (Pèlerinage de la confrérie)

Dimanche 12 septembre 2010
Chapelle de la Ste Croix à Nice
10h30 fête patronale des pénitents blancs de Nice

Samedi 18 et dimanche 19 septembre 2010
Journées du patrimoine : accueil et visites commentées de la chapelle du St Sépulcre

Qu'est-ce qu'un pénitent bleu?

Rechercher dans ce blog