lundi 27 janvier 2014

Fête Patronale des Pénitents Bleus

1er février 2014 à 18h
 chapelle du St Sépulcre


messe de la Présentation du Seigneur
et rite de prise d'habit d'Esther Dalmasso

En présence de M. Christian ESTROSI
député-maire de Nice, président de la Métropole Nice-Cote d'azur

Avec la participation des confréries de pénitents de Nice et du diocèse

La chapelle du St Sépulcre sur RCF

Mercredi 29 janvier à 11h50 l'émission "Des hommes et de lieux" de RCF NICE sera consacrée à la chapelle des pénitents bleus de Nice


lundi 20 janvier 2014

Office de St Sébastien

Ce jour les pénitents bleus récitent l'office en mémoire de St Sébastien Martyr, 
Patron de la confrérie et Protecteur de la ville de Nice

Gaudent in caelis animae Sanctorum, qui Christi vestigia sunt secuti: et quia pro eius amore sanguinem suum fuderunt, ideo cum Christo exsultant sine fine.


V/ Dieu, viens à mon aide,
R/ Seigneur, à notre secours.

Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit,
au Dieu qui est, qui était et qui vient,
pour les siècles des siècles.
AMEN ALLELUIA

HYMNE

En ce jour dédié à l'honneur de Sébastien Martyr, notre concitoyen illustre, rendons-lui gloire dans nos chants unanimes.

Ce noble athlète du Christ, plein de l'ardeur du combat, abandonne sa patrie, qui pour lui a moins de dangers, et vient dans Rome affronter la lutte.

C'est là que, sectateur d'une doctrine sublime, repoussant l'idolâtrie, il aspire aux trophées d'un glorieux martyre.

Des nœuds multipliés l'enchaînent au tronc d'un arbre ; c'est là que sa poitrine, comme un bouclier suspendu, sert de but aux traits des archers.

Les flèches se réunissent sur son corps comme une forêt ; mais son âme, plus ferme que l'airain, insulte à la mollesse du fer, et demande à ce fer d'être plus meurtrier.

A voir le sang qui baigne le corps du Martyr, on croirait qu'il a expiré ; mais une chaste femme est venue panser ces plaies enflammées.

Ces blessures profondes inspirent un courage céleste au soldat du Christ ; il va provoquer encore le tyran, et bientôt il expire sous les coups meurtriers.

Maintenant, assis dans les hauteurs du ciel, vaillant guerrier ! éloignez la maladie, et gardez même les corps de vos concitoyens.

Au Père, au Fils, et à vous, Esprit-Saint, comme toujours, soit à jamais gloire dans tous les siècles.
Amen.


Antienne

Tu es le plus beau des enfants de l’homme : Dieu te bénit pour toujours.

Psaume 44-I

2D'heureuses paroles jaillissent de mon coeur
quand je dis mes poèmes pour le roi
d'une langue aussi vive que la plume du scribe !

3Tu es beau,
comme aucun des enfants de l'homme,
la grâce est répandue sur tes lèvres :
oui, Dieu te bénit pour toujours.

4Guerrier valeureux,
porte l'épée de noblesse et d'honneur !
5Ton honneur, c'est de courir au combat
pour la justice, la clémence et la vérité.

6Ta main jettera la stupeur,
les flèches qui déchirent ;
sous tes coups, les peuples s'abattront,
les ennemis du roi, frappés en plein coeur.

7Ton trône est divin, un trône éternel ;
ton sceptre royal est sceptre de droiture :
8tu aimes la justice, tu réprouves le mal.

Oui, Dieu, ton Dieu t'a consacré
d'une onction de joie,
comme aucun de tes semblables ;
9la myrrhe et l'aloès parfument ton vêtement.

Des palais d'ivoire, la musique t'enchante.
10Parmi tes bien-aimées sont des filles de roi ;
à ta droite, la préférée, sous les ors d'Ophir.

Antienne

Voici l’Époux qui vient ! Allez à la rencontre du Christ !

Psaume 44-II

11Écoute, ma fille, regarde et tends l'oreille ;
oublie ton peuple et la maison de ton père :
12le roi sera séduit par ta beauté.

Il est ton Seigneur : prosterne-toi devant lui.
13Alors, fille de Tyr, les plus riches du peuple,
chargés de présents, quêteront ton sourire.

14Fille de roi, elle est là, dans sa gloire,
vêtue d'étoffes d'or ;
15on la conduit, toute parée, vers le roi.

Des jeunes filles, ses compagnes, lui font cortège ;
16on les conduit parmi les chants de fête :
elles entrent au palais du roi.

17A la place de tes pères se lèveront tes fils ;
sur toute la terre tu feras d'eux des princes.

18Je ferai vivre ton nom pour les âges des âges :
que les peuples te rendent grâce,
toujours, à jamais !

Psaume CANTIQUE (Ep 1)

3Qu'il soit béni, le Dieu et Père
de notre Seigneur, Jésus, le Christ !

Il nous a bénis et comblés
des bénédictions de l'Esprit, *
au ciel, dans le Christ.

R/A la louange de sa gloire.

4Il nous a choisis, dans le Christ,
avant que le monde fût créé, *
pour être saints et sans péchés devant sa face
grâce à son amour. R/

5Il nous a prédestinés
à être, pour lui, des fils adoptifs *
par Jésus, le Christ.

Ainsi l'a voulu sa bonté,
6à la louange de gloire de sa grâce, *
la grâce qu'il nous a faite
dans le Fils bien-aimé. R/

7En lui, par son sang, *
nous avons le rachat,
le pardon des péchés.

8C'est la richesse de sa grâce
dont il déborde jusqu'à nous *
en toute intelligence et sagesse. R/

9Il nous dévoile ainsi le mystère de sa volonté, *
selon que sa bonté l'avait prévu dans le Christ :

10pour mener les temps à leur plénitude, +
récapituler toutes choses dans le Christ, *
celles du ciel et celles de la terre. R/



Parole de Dieu : (1 Th 2, 13)
Voici pourquoi nous ne cessons de rendre grâce à Dieu. Quand vous avez reçu de notre bouche la parole de Dieu, vous l’avez accueillie pour ce qu’elle est réellement : non pas une parole d’hommes, mais la parole de Dieu qui est à l’œuvre en vous, les croyants.

R/ Au commencement était la Parole :
* la Parole est venue dans le monde.
V/ Lumière qui éclaire tout homme, *
Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit. R/


Antienne

Les âmes des Saints qui ont marché sur les traces de Jésus-Christ,
sont comblées de joie dans le ciel ; parce qu’ils ont répandu leur sang pour son amour,
ils jouissent avec lui d’un bonheur qui n’aura pas de fin.

Cantique de Marie (Lc 1)

47Mon âme exalte le Seigneur,
exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !

48Il s'est penché sur son humble servante ;
désormais, tous les âges me diront bienheureuse.

49Le Puissant fit pour moi des merveilles ;
Saint est son nom !

50Son amour s'étend d'âge en âge
sur ceux qui le craignent;

51Déployant la force de son bras,
il disperse les superbes.

52Il renverse les puissants de leurs trônes,
il élève les humbles.

53Il comble de biens les affamés,
renvoie les riches les mains vides.

54Il relève Israël, son serviteur,
il se souvient de son amour,

55de la promesse faite à nos pères,
en faveur d'Abraham et de sa race, à jamais.

L'intercession
Supplions le Christ, qui appelle tous les hommes à la joie du salut :
R/ Sauveur du monde, attire à toi les hommes.
Rend-nous ardents pour notre sanctification, vigilants sur nos inclinations, zélés pour le salut de nos frères, amis de la croix, et détachés de notre corps. Par ces flèches qui ont percé les membres généreux de St Sébastien, éloignez de nous les traits que l'ennemi nous lance dans l'ombre.

Arme-nous, comme St Sébastien, de l'armure céleste et place sur notre cœur la cuirasse de la justice, qui nous défendra contre le péché ; couvre notre tête du casque du salut, et place à notre bras le bouclier de la foi, et à notre main le glaive de la parole de Dieu.

A la prière de St Sébastien, défenseur de l'Eglise, dissipe les plans perfides de ses ennemis ; éloigne de nous les fléaux de la peste et des maladies contagieuses, protège notre cité qui renouvelle par nos voix son antique vœu à ce glorieux martyr.

NOTRE PERE

O Dieu qui, par votre très heureux Martyr Sébastien, avez fortifié les cœurs de vos fidèles, et sous la chlamyde d'un empire terrestre, l'avez rendu un soldat parfait de votre Nom; accordez-nous de militer constamment pour votre gloire; armez notre bouche des enseignements de votre justice, éclairez notre cœur par le charme de votre amour, et, arrachant notre chair aux passions, fixez-la par les clous de votre croix. Amen.

V/ Bénissons le Seigneur
R/ Nous rendons grâces à Dieu


lundi 13 janvier 2014

Rituel de 1838

Dans quelques jours les pénitents bleus célébreront leur fête annuelle avec une prise d'habit. A cette occasion nous publions ici même le contenu de notre rituel pour les prises d'habits qui date de 1838. 


Le rituel de 1838 est l'aboutissement d'une maturation séculaire qui commence au Moyen Age. Si les oraisons ont été sensiblement retouchées au début du XIX° siècle pour être adaptées à la spiritualité de l'époque, la structure du rituel est beaucoup plus ancienne. Dans les rituels antérieurs la structure reste la même:
- engagement du novice devant les confrères et agrément de ceux-ci
- remise de l'habit par un "ancien"
- parole rituelle "Induat te Deus novum hominem qui secundum Deum creatus est"
- chant du Veni Creator

Au delà de la structure même du rituel qui rattache les confréries aux pratiques des ordres mendiants du Moyen Age, certains gestes plongent profondément dans l'univers médiéval: on pourrait évoquer le rôle symbolique du bâton du prieur (la masse priorale) qui marque sa charge, ou le geste du prieur qui tient les mains du novice dans les siennes au moment de l'engagement selon une forme qui rappelle d'autres cérémonies comme l'hommage féodal...

Sébastien RICHARD
docteur en histoire du Moyen Age

dimanche 5 janvier 2014

"Des mondes sont passés, nous sommes encore là..." vœux du prieur des pénitents bleus pour 2014

Discours prononcé à l'occasion de la présentation des voeux du prieur de la Société du St Sépulcre à l'issue de la messe de Noël le dimanche 5 janvier 2014 en la chapelle du St Sépulcre, place Garibaldi à Nice

Chers confrères, chers amis,

Je vous remercie pour votre présence à nos côtés ce soir pour ce premier dimanche de la nouvelle année.

2013 a été une année riche en événements pour notre confrérie. La restauration de la toiture de la chapelle, menée à terme grâce au travail acharné de notre frère Lucien Mari et des administrations compétentes, et grâce au concours de nos élus, en premier lieu M. Christian Estrosi, maire de Nice, et M. Eric Ciotti, président du Conseil Général (tous deux s’excusent de ne pouvoir se joindre à nous ce soir mais ils sont ici représentés). Il y a eu aussi l’exposition Il gran teatro dei Cartelami à Gênes à laquelle nous avons participé, la restauration et le classement de quelques-unes de nos plus précieuses pièces de mobilier d’art… Pour notre confrérie qui plonge ses racines dans l’exemple de saint François d’Assise, la restauration d’une chapelle n’est pas un acte commun, c’est un chemin de foi qui nous invite à nous tourner vers Dieu.

Comme le rappelait le père Hervé pendant la messe ce soir, « cette chapelle a tous les aspects d’un musée ». L’architecture et les pièces de mobilier sont mises en valeur pour permettre une découverte culturelle intense, et les nombreux visiteurs qui fréquentent ce lieu chaque mardi (grâce au travail de notre consoeur Mady Pallanca et de notre confrère Yann Duvivier) en témoignent. « Pourtant c’est bien plus qu’un musée, c’est un lieu vivant où chaque objet a un sens, où chaque acte liturgique est bien plus qu’une simple tradition… ». La foi donne du sens à ces murs où nous nous rassemblons. Saint François, avant de fonder la famille franciscaine, a restauré trois chapelles : Saint-Damien, Saint-Pierre et N D des Anges. Il ne l’a pas fait pour la beauté des pierres mais pour servir Dieu, car un lieu de culte doit être avant tout un lieu de rencontre avec le Seigneur. Et nos assemblées en cette chapelle nous permettent de refaire nos forces, notre prière commune nous renvoie toujours vers nos frères (je remercie au passage notre frère Vincent Brault qui a œuvré au nom de notre confrérie auprès du Fourneau Economique pour distribuer des repas au plus démunis). Notre foi nous met au service des autres, c’est le cœur de l’engagement des pénitents.

Pourtant quand je sors de cette chapelle et que je regarde le monde autour de nous, particulièrement en ce moment, je vois de la haine à l’encontre de notre foi. J’ai lu dans la presse ces derniers jours, le récit de cet acte de violence gratuite dans une église parisienne pendant la messe de Noël : une femme à demi dénudée a perturbé la messe en singeant un avortement avec un foie de veau ! Ce n’est malheureusement pas un acte isolé, on sent monter la haine à l’égard de l’Eglise dans notre société. Et nos dirigeants attisent encore le feu, puisqu’ils affirment avec véhémence que Dieu ne doit pas sortir de la sphère privée et, au nom de ce principe, personne ne défend notre liberté de croire et de pratiquer notre religion en toute quiétude. Certes nous ne sommes pas persécutés comme nos frères en Egypte, en Irak ou ailleurs dans le monde, mais on sent gonfler un mépris qui s’exprime en toute impunité dans l’indifférence de la grande majorité de nos contemporains. Face à cette situation certains sont tentés de regarder le passé et de dire que « c’était mieux avant ! »… Quel avant ? Certes aujourd’hui nous appartenons à une société repue qui tente de mettre Dieu loin d’elle, on exclue Dieu pour légitimer le pouvoir politique car l’idée même de Dieu est une limite à l’illusoire toute-puissance des hommes. Mais regardez le temps de notre père saint François, ce n’était pas plus saint ! La société était alors tout aussi repue qu’aujourd’hui et on tentait d’utiliser Dieu, de le rapprocher de nos minables soucis pour justifier le pouvoir temporel, car l’idée même de Dieu paraissait utile pour établir l’illusoire toute-puissance des hommes ! Voilà ce qu’on fait de Dieu… on l’exclue ou on se l’approprie. Alors face aux manifestations de haine de notre temps il n’y a qu’à opposer notre seule présence, notre fierté d’être catholiques et d’avoir, en tant que tels, une place dans cette société ! Nous étions là en 1431, nous sommes toujours là et, je l’espère, pour encore longtemps. Des mondes sont passés, des idéologies se sont essoufflées, des valeurs ont fleuri et fané, nous sommes encore là à tenter de suivre la voie tracée par Jésus Christ. Peu importent le visage des puissants de ce monde et leurs projets grandiloquents avec ou sans Dieu, quand ils essaient de le rapprocher pour les servir, il s’échappe. S’ils cherchent à l’exclure il revient par des voies inattendues. Dieu ne se prend pas, il ne se renvoie pas non-plus, il demeure. Nous n’avons que deux choix, lui tourner le dos, refuser de le voir (il nous a créés libres !) et nous en éloigner ou alors le regarder en face et tenter d’avancer vers lui avec toutes nos faiblesses… Je vous souhaite, à vous et à tous les vôtres, de mettre cette année à venir à profit pour regarder Dieu, pour vous mettre en route, pas à pas, vers ce petit enfant de la crèche qui veut notre bien. Bonne année, paix et bien sur chacun !

Sébastien Richard
Prieur de la Société du Saint Sépulcre


mercredi 1 janvier 2014

Bonne année sous le regard de la Ste Vierge


Aujourd'hui nous célébrons la solennité de la Mère de Dieu. Ce soir en récitant l'office je confie à la protection de la Ste Vierge tous mes frères pénitents bleus, leurs familles et tous les amis de la confrérie.

Ses bras maternels sont un refuge sûr! Dans les jours qui viennent si les ténèbres vous assaillent, confiez-vous à elle et vous recevrez, comme nos pères avant nous, une lumière invincible!

Bonne année!

Ave, Regina cælorum,
ave, Domina angelorum,
salve, radix, salve, porta,
ex qua mundo lux est orta.

Gaude, Virgo gloriosa,
super omnes speciosa ;
vale, o valde decora,
et pro nobis Christum exora.

S. RICHARD

Bonne année


Qu'est-ce qu'un pénitent bleu?

Rechercher dans ce blog